La der des ders

Dans l’après-midi du 17 août 1944, une soixantaine de commandos de l’armée française, placés sous le commandement du capitaine Ducourneau, prenait d’assaut la batterie de Mauvanne et ses cinq blockhaus, occupés par les soldats de la marine de guerre allemande.

Après avoir miraculeusement réussi à contourner les champs de mines, ces intrépides commandos d’Afrique prirent par surprise les allemands dans les bunkers ; se livrant alors pendant plus de deux heures à un combat sans merci, au cours duquel une vingtaine de soldats français périrent sur les flancs de la colline du Galoupet.

Du côté de la Kriegsmarine, on dénombra cinquante morts et une centaine d'allemands furent également faits prisonniers ; le commando français réussissant même l’exploit de mettre la main sur de précieuses pièces d’artillerie de gros calibre que l'ennemi n’avait pas eu le temps de détruire.


Canon de 150mm d'un des blockhaus M272
de la batterie de Mauvanne

C'est l'un des nombreux épisodes historiques de ce lieu emblématique, construit dans les années 1880 par Raymond Séré de Rivières, ingénieur militaire considéré comme le « Vauban de la revanche » pour avoir fortifié en 10 ans près de 600 ouvrages à travers la France, au lendemain de la guerre franco-prussienne.

Dans les années 30, la batterie de Mauvanne deviendra la propriété de l’actrice de cinéma Simone Berriau avant d’être réquisitionnée pendant la seconde guerre mondiale par les armées italienne puis allemande qui changeront d’ailleurs radicalement l’architecture du site à partir de 1942 ; construisant des bunkers pour le tir d’artillerie (150 mm) et reléguant l’ancien fort Séré de Rivières au rôle de soute à munitions.

Riche de son passé militaire, cet ensemble fortifié, qui connut trois générations de modèles architecturaux différents, devint ensuite un des principaux lieux de commémoration de la libération de Hyères.


Commémoration de la libération d'Hyères
à Mauvanne (2019)

Mais la cérémonie qui s’y est déroulée le 21 aout dernier, risque malheureusement d’être la der des ders au fort de Mauvanne...

Le Ministère des Armées, propriétaire des lieux depuis la fin de la seconde guerre mondiale, vient en effet de mettre en vente le fort sur le site de cessions immobilières de l'état français.


Page d'accueil du site de cessions immobilières
de la République Française


Probablement échaudée par toutes les déconvenues financières et calendaires du futur musée de la Banque de France, la commune n'aurait apparemment pas souhaité s'en porter acquéreur ; perdant ainsi l'opportunité de faire de ce lieu emblématique de l'histoire locale un site patrimonial ou bien encore un mémorial de la Libération.

Et ce n'est d'ailleurs pas la seule déconvenue que doivent actuellement essuyer les associations patriotiques hyéroises...

Les choses avaient pourtant bien commencé pour elles le 26 janvier 2019 lorsque le maire, accompagné de son premier adjoint en charge des associations patriotiques, avait annoncé « une bonne nouvelle »  lors de l'assemblée générale du Comité de Coordination Hyérois des Associations Patriotiques (C.C.H.A.P.) ; promettant un prochain transfert de la maison des anciens combattants sur le site de la Villette.

« Près de 500.000 € seront alloués à ce projet » affirmaient alors nos deux élus devant une assemblée enthousiaste de voir enfin résolus les problèmes de délabrement et d’accès aux personnes à mobilité réduite rencontrés dans les anciens locaux de l’association situés rue de la République.


Assemblée générale 2019 du C.C.H.A.P.

Mais en cette période de pré-campagne électorale, on rasait gratis et, bien évidemment, une fois les élections passées, les lendemains ont vite déchanté…

Profitant du départ de l’antenne locale de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Var, la municipalité a en effet saisi la balle au bond en proposant a nos valeureux anciens combattants une solution de repli tactique, non pas à la Villette mais dans les locaux du 2ème étage du Centre Communal d'Action Sociale, laissés vacants par la C.C.I.

Certes, ils ne sont pas dépaysés rue du soldat BELLON, mort pour la France le 25 février 1917, mais, une fois posé leur paquetage, ils se sont sentis malgré tout un peu à l’étroit dans les 200m² de locaux que doivent désormais se partager les 20 associations patriotiques que comptent la commune.

Mais à la guerre, comme à la guerre, il est bien connu que le militaire sait faire contre mauvaise fortune bon cœur…

Disciplinés, ils n’ont donc posé aucune question lorsque leur chef, le général HUBSCHER leur a annoncé le changement de stratégie ; leur culture militaire les empêchant de remettre en question un ordre direct même si, dans leur for intérieur, ils s'interrogeaient sur ce curieux changement de destination de l'immeuble situé rue de la République (il est en effet question de la transformer en logements NDLR)  puisqu'il s'agit d'un don qu'aurait fait Alexis RIONDET à la commune à la condition expresse d'y créer une maison des anciens combattants.

Ce week-end, nous célébrons les journées du patrimoine et, malheureusement, que ce soit la maison des anciens combattants dont le legs semble détourné de son objet initial, le fort de Mauvanne bientôt privatisé, le hameau des Pesquiers, servi sur un plateau d’argent au restaurateur LELIEVRE ou bien encore l’extension du jardin remarquable Olbius Riquier, abandonnée sans aucun regret aux appétits immobiliers du groupe Vinci, nos chers hommes politiques nous démontrent chaque jour davantage que la meilleure façon de préserver le patrimoine, c’est encore de le vendre…



DROIT DE REPONSE DU C.C.H.A.P.

Suite à la parution de notre article, le Comité de Coordination Hyérois des Associations Patriotiques a souhaité exercé un droit de réponse.

Dans cet article, nos lecteurs ont bien compris que nous n'avons jamais eu l'intention de jeter le discrédit sur cette association patriotique mais plutôt de dénoncer des promesses électorales non tenues.

C'est pourquoi, nous avons décidé de publier in extenso le droit de réponse du président du CCHAP, sachant toutefois que les différents témoignages que nous avons recueillis de la part d'adhérents d'associations patriotiques ainsi que tous les échanges de mails que nous avons pu consulter brossent quant à eux un tableau beaucoup plus nuancé de ce transfert au CCAS, qualifié en interne de « moins pire des solutions ».


Général (2S) Daniel HUBSCHER

Président du Comité de Coordination Hyérois des Associations Patriotiques

Sachez que je n'apprécie pas du tout les termes de cette diatribe politicienne et je vous invite à prendre en compte les points suivants relatifs au transfert de la Maison du Combattant
1. " ... n'est .... pas la seule déconvenue ..." 3 visites ont eu lieu avant acceptation de la proposition : or aucun des participants -président, membre du bureau ou d'association- qui ont visité les lieux, n'a parlé de déconvenue. Tous ont souligné, les progrès que constitue cette solution.
2. " .... 26 janvier 2019 ... une bonne nouvelle ..." En effet, le 26 janvier 23019, lors de l'assemblée générale du CCHAP, JP GIRAN, accompagné du Docteur ROUX, a présenté un projet de construction d'un Maison des Associations, au sein de laquelle, seule une partie serait dévolue aux Associations Patriotiques
3. " .... mais .... une fois les élections passées, les lendemains ont vite déchanté" Tout bon militaire sait faire la différence entre la planification et la conduite, où les circonstances imposent d'adapter la planifications aux réalités du moment. Dès la fin de l'année 2020, JP GIRAN a fait part des contraintes qui l'obligeaient à reporter le projet de réalisation annoncé à 2024 voire 2025". Le CCHAP a aussitôt répercuté ces informations à ses membres.
4. " ... voir enfin résolus les problème de délabrement et d'accès aux personnes à mobilité réduite ..." l'auteur oubli les déficiences en matières de sécurité d'un bâtiment qu'il eut été aussi difficile qu'onéreux de mettre aux normes d'un Etablissement Recevant du Public. Aussi, compte tenu, d'une part, de la difficulté croissante de certains anciens à accéder aux locaux du 6 de la rue de la République et, d'autre part, des nombreux avantages des locaux proposés, même si la solution n'est pas parfaite, la ,décision à prendre s'imposait naturellement
5. "..ils se sont sentis ... un peu à l’étroit ... dans les 200m² ..." Le bail précise que la superficie de la nouvelle Maison du Combattant est de 206m² Là encore l'auteur de l'article omet le fait que dans l'ancienne Maison du Combattant, dont la surface avoisinait les 230m²
- certaines pièces ne servaient qu'au stockage, entre autre, d'archives et documents divers
- les associations soit disposaient d'un bureau plus petit, soit se partageaient un même bureau.
6. "... doivent se partager les 20 associations patriotiques que compte la commune ..." Seules 16 associations ont souhaiter disposer d'un bureau dans les nouveaux locaux. En date d'aujourd'hui, le CCHAP regroupe 25 associations patriotiques. La ville de Hyères compte donc nettement plus de 20 associations patriotiques d'autant plus que certaines associations patriotiques Hyéroises ne souhaitent pas rejoindre le CCHAP.
7. "... ils n'ont donc posé aucune question ... leur culture militaire les empêchant de remettre en question un ordre direct ..." Là encore il ne faut pas oublier que
- l'ensemble des présidents et un nombre certain de membres ont eu plus d'une opportunité de visiter les locaux proposés.
- la décision du transfert ne relève pas du président du CCHAP mais doit être entérinée par le Conseil d'Administration qui, lui, est constitué de l'ensemble des présidents des associations membres du CCHAP. Il n'y a donc pas eu d'ordre.
- les membres du CCHAP ne sont plus en service actif et ont ainsi toute liberté de faire part de leur position sur tout point sur lequel il souhaite le faire !
8 "... d'un don qu'aurait fait ..." Le don a effectivement été fait par Alexis RIONDET à la ville de Hyères
9 " ... à la condition ... d'y créer une maison des anciens combattants ." L'auteur est invité à produire le document justifiant son assertion.
Visiblement l'auteur de cet article souffre, soit d'un manque évident d'information, soit -ne voulant le taxer de mauvaise foi- d'un défaut flagrant d'objectivité.
Général (2S) Daniel HUBSCHER


Le 26 septembre vous avez diffusé l'article cité en objet. Cet article aborde, entre autres, le transfert de la Maison du Combattant

L'article 2 des statuts du CCHAP stipule " Ce comité affirme son indépendance à l’égard des pouvoirs publics, de tout parti politique, de toute ....". Je ne peux tolérer que des informations parcellaires relatives à une instance apolitique au service du Devoir de Mémoire, soient utilisées à des fins manifestement politiciennes. Enfin, si l'auteur se réfugie derrière un anonymat que je ne saurai qualifier, vous noterez que pour ma part, ce n'est pas le cas !

Dans le cadre du droit de réponse, je vous demande de faire paraitre ma réponse sur le "Gabian déchaîné"


Posts les plus consultés de ce blog

Massacre à la tronçonneuse sur la Presqu'île de Giens

8 à 0

Vente du Guillaume Tell et de la Coupole