Articles

Centre Commercial du Nautisme : quand ANTICOR s'emmêle

Image
Le Centre Commercial du Nautisme sur le port d’Hyères, un dossier sulfureux qui colle depuis bientôt 6 ans à la municipalité comme un vieux chewing-gum à la semelle d’une chaussure. Bien qu’elle ait déjà fait l’objet de plusieurs articles dans le journal local, de 3 signalements au procureur de la République et qu’elle soit aujourd’hui sur le bureau du procureur général du parquet financier de Paris, nous avons souhaité vous présenter cette histoire sous un éclairage inédit. Voilà comment l’association ANTICOR s’est retrouvée mêlée au dossier du CCN. Notre histoire commence en 2018 avec la requalification de la base nautique et du Centre Commercial du Nautisme sur le port d’Hyères, un marché public dont le montant total s'élève tout de même à environ 6 millions d'euros. Pendant plus de dix-huit mois, le chantier traîne en longueur tandis que les commerçants du port se désespèrent ; constatant au fur et à mesure de l’avancement du projet d’inquiétantes malfaçons voire même de

Gambetta : un rond-point qui ne tourne pas rond...

Image
Le code de la route autorise les véhicules à faire une marche arrière lors d'une manœuvre pour faire un créneau, se ranger en épi, stationner en bataille, éviter un obstacle ou, dans certaines s ituations de circulation dense ou de blocage, pour permettre à d'autres véhicules de passer ou faciliter le mouvement général du trafic. Mais nous avons eu beau éplucher le code dans tous les sens (qu’ils soient uniques ou même interdits), à aucun moment il n'est précisé qu'on puisse reculer dans un rond-point, a fortiori lorsqu'on est seul à y circuler. C'est pourtant la mésaventure qui vient d'arriver vendredi dernier à un bus du réseau Mistral dans lequel se trouvaient des responsables techniques de la commune, des pompiers, des agents de la police municipale et du réseau Mistral ; tout ce gratin étant réuni ce matin là pour un « city tour » des travaux de requalification du centre-ville, plus exactement une visite officielle de sécurité avant l'ouverture à

Billets (aigre) doux (avril 2024)

Image
Pas assez d'informations pour en faire un article, mais suffisamment de matière pour vous faire sourire malgré tout. Revoilà nos billets (aigre) doux... Qui veut dépenser des millions ? En seulement 2 ans, le coût de rénovation de l'Espace 3000 est passé de 5, à 13 puis à 24 millions d'euros. C'est votre dernier mot, Jean-Pierre ? Fin de cavale pour les 12 salopards Vive inquiétude depuis déjà plusieurs mois sur les bancs du conseil municipal, sans nouvelles des 12 salopards, ces élus frondeurs qui s’exprimaient courageusement en octobre dernier dans Var-Matin, sous couvert d’anonymat. Traqués sans répit, Gigi the Kid, aidé de son fidèle adjoint, Red Francky, auraient-ils fini par avoir leur peau, leur scalp ou, pire encore, leurs délégations ? Que nenni, ils sont simplement rentrés dans le rang car, en fin stratège, Jean-Pierre Tyran (son petit surnom au sein de sa majorité) ne se presse surtout pas d’officialiser sa candidature ou le nom de son futur poulain, tuant d

Le Bossu de l'Espace 3000

Image
Tapie dans la pénombre, à l’abri du regard des curieux, une silhouette difforme veille, depuis des décennies, sur la structure de l’Espace 3000. Dès l'enfance, cette créature solitaire dont le seul crime n’est pourtant que d'être née bossue, a dû se réfugier dans la charpente protectrice de l'édifice ; y grimpant pour fuir les jets de pierre et les crachats de ses camarades d’école et ne plus avoir à subir les railleries incessantes et cruelles des adultes qui le prenaient pour un monstre de foire. Car, tous les habitants de la Cité en sont persuadés, sa gibbosité est l’œuvre du Diable. Depuis, celui qui en est devenu le gardien fidèle, veille amoureusement sur la charpente de l’édifice, compagne muette de sa solitude, a qui il s'est naturellement attaché au fil des années. Pour lui, elle est « magnifique, avec une dimension quasi historique », bien qu’elle ne soit, aux yeux des profanes que nous sommes, qu’une banale structure en bois lamellé-collé d’une quarantain

GIRAN : bilan d'une décennie

Image
Il y a dix ans, le 30 mars 2014, Jean-Pierre GIRAN était élu maire d’Hyères les Palmiers. Article du 20 janvier 2024 (à un ou 2 détails près) À l’instar de nos confrères de Var-Matin, nous avons souhaité nous aussi dresser le bilan de ses dix années de règne. Mais, en ce jour solennel, il ne fallait surtout pas retomber dans nos travers habituels et nous ne parlerons donc pas cette fois-ci de marchés pipés, de fausses factures, d’accointances mafieuses, de permis de construire sulfureux, de selfies, de népotisme, de lots de plage houleux, de bétonnage, de fermetures d’écoles, de vente des bijoux de famille, de  «  connards  »,  de bâtiments qui s’écroulent, de dernière séance, de narco-employés municipaux, de commerçants à l’agonie, d’injures publiques, d’écoutes téléphoniques caliente, de tentatives de putsch avortées, d’affairisme, de doubles clés de bras, de franc-maçonnerie, de tyran, de Dolce Vita ou bien encore de promotion canapé. Que nenni !!! Pour dresser le bilan de ces deux

Frigo de FALCO : un témoin bien embarrassant...

Image
A quelques semaines du procès FALCO en appel, les 25 et 26 mars prochains à Aix en Provence, flash-back sur un des principaux témoins de la défense, Marc GIRAUD, ancien Président du Département. Souvenez-vous, cet ami de 30 ans qui n’hésitait pas à défendre l’ancien maire de Toulon dans les colonnes du Canard Enchaîné, en soutenant mordicus que ce dernier se nourrissait exclusivement d’un bol de riz et d’une tranche de jambon, le midi à la cantine du conseil départemental. Évidemment, ce témoignage a pour but de minimiser le préjudice pour le contribuable varois mais, pour le ministère public, il ne sera pas bien difficile de démonter cet argument, tant ce témoin se révèle être à charge… Cet amateur de bonne chère traîne en effet de sacrées casseroles au fur et à mesure de ses différents mandats électoraux, comme nous avons pu le vérifier en rouvrant les archives d'un blog carqueirannais bien connu, aujourd’hui en sommeil. Il semblerait bien, au regard des factures que nous avo