Billets (aigre) doux

Cette semaine, nous revenons sur l'actualité de ce début d'année sous la forme de billets (aigre) doux, sorte de brèves à la mode « Gabian ».

Cruellement en manque d'énergies

Face à l'augmentation du prix des énergies (« colossale » selon les propres mots du maire), une hausse des impôts fonciers ne serait apparemment pas exclue afin de compenser les deux millions d'euros de hausse du gaz et de l’électricité.

Profitant sans doute de l'occasion pour essayer à nouveau de privatiser la piscine municipale, le maire pointe du doigt « la gourmandise du complexe aquatique » dont la facture d'électricité aurait pris selon lui «  400 % au cours des 6 derniers mois ».


Var-Matin du 27 janvier 2022

Ancien professeur agrégé d'économie, Jean-Pierre GIRAN s’emmêle apparemment aujourd'hui les pinceaux avec de simples zéros puisque les tarifs réglementés d'EDF n'ont augmenté QUE de 4% TTC au 1er février 2022 (pour les particuliers Ndlr).

Ce problème de « zéros » pourrait-il également expliquer, dans un autre contexte, le doublement de la facture du musée de la Banque de France ?

Pour l’anecdote, 3,5 millions d'euros de dépassement de budget du musée, cela représente l'équivalent de 20 000 000 KWh.

Soit approximativement de quoi illuminer la tour Eiffel pendant près de 2300 ans...

Et puisqu'on parle de wattheures (et autres sanitaires), pourquoi ne pas utiliser de bonnes vieilles astuces de grand-mère pour faire baisser la facture de chauffage, comme par exemple s'habiller un peu plus lorsqu’on sort de sa douche ?



Photo-montage du gabian déchaîné
librement inspiré du sketch des Guignols de l'Info
« Excusez-moi, je sors de ma douche »

Je n'ai qu'un péché

Vive inquiétude des hyérois, samedi 15 janvier, à la lecture d'un article de Var-Matin titrant que le triangle d'or serait LA priorité pour 2022 de Jean-Pierre GIRAN.

Var-Matin du 14 janvier 2022

Après les révélations de la veille sur son effeuillage sur les réseaux sociaux, qu'allait-il donc encore bien pouvoir nous tomber sur le coin du bec avec ce curieux triangle d’or ?

S'agirait-il d'une référence à cette région chaude et humide d'Asie, tristement célèbre pour son trafic d'opiacés ?

Ou bien encore un clin d’œil coquin à Herbert Léonard qui avouait en 1987, dans sa chanson « Quand tu m'aimes », n'avoir qu'un péché, le triangle d'or ?


Fort heureusement, l'article nous rassurait ensuite sur les véritables intentions de notre édile : il évoquait simplement son projet de réaménagement des avenues Gambetta, de Gaulle et Iles d'Or.

Ouf, on a encore eu chaud !!!

Comptabiliser l'abstention

Mis en cause dans notre article « en un tour de bocal », Jean-David MARION nous a fait parvenir le PV officiel transmis en Préfecture qui, contrairement au compte rendu mis en ligne sur le site de la Métropole, précise qu'il y a eu 6 absentions (dont la sienne) lors du vote de la délibération 21/12/412.

Extrait du PV transmis en Préfecture (page 5)


Extrait de la même délibération
dans le compte-rendu du conseil métropolitain
mis en ligne

S'il admet ne pas avoir eu le temps de lever la main pour voter « Contre » (les délibérations se succèdent en effet à un rythme effréné ; le président FALCO ne prenant parfois même pas la peine de lever la tête pour vérifier les votes à main levée d'un hémicycle de toute façon presque intégralement acquis à sa cause Ndlr), il est en revanche catégorique : il a bien coché la case « Contre » sur le bulletin remis en fin de séance (ce qui fera probablement l'objet d'un rectificatif de sa part lors du prochain conseil métropolitain Ndlr).

Voilà donc comment un vote « Contre » peut, en un oarfait coup de billard à deux bandes, se transformer en vote « Pour ».

Et comment une délibération du conseil métropolitain peut être considérée « adoptée à l'unanimité » alors qu'il y a pourtant bien eu 6 abstentions…

Vieille promesse électorale, la prise en compte dans les suffrages des votes nuls et des absentions, vous en rêviez ? FALCO l'a fait !!!

Quant à nous, pour nous en être (seulement) tenus à un compte-rendu officiel de conseil métropolitain, nous présentons toutes nos excuses à Jean-David MARION qui, contrairement à Jean-Pierre GIRAN, Edwige MARINO, Véronique BERNARDINI, Francis ROUX et François CARRASSAN, avait au moins le mérite de siéger ce jour-là...


Posts les plus consultés de ce blog

Massacre à la tronçonneuse sur la Presqu'île de Giens

8 à 0

Vente du Guillaume Tell et de la Coupole