Comme un air de déjà vu

L’histoire est un perpétuel recommencement, comme le démontre actuellement la candidature de Franck CHAUVET aux élections régionales (en quatrième position pour le Var sur la liste régionale « L’écologie au centre ») et départementales (remplaçant du binôme « BAUME / DOMINIAK » sur le canton d’Hyères).

Souvenez-vous en effet qu’en 2020, tête de la liste « Hyères en transition » aux élections municipales, il avait été accusé pendant la campagne de « brouillage de cartes en utilisant un ancien logo d’Europe Ecologie » (Var-Matin du 10 mars 2020) , laissant supposer ainsi aux électeurs qu’il possédait l’investiture d’EELV.

Aujourd’hui, la liste « BAUME/DOMINIAK » dont Franck CHAUVET est le remplaçant, se déclare modestement être « le vrai parti écologique » ; allant jusqu’à revendiquer le ralliement de tous les partis écologiques (Génération Écologie, Cap21, Nous Citoyens et MEI) derrière leur candidature (Var-Matin du 3 juin 2021), à l’exception bien sûr d’EELV qui semble désormais ne plus avoir de valeurs qui leur correspondent.

Sauf qu’une nouvelle fois, Franck CHAUVET ne possédait pas l’investiture du Mouvement Ecologiste Indépendant (MEI) comme l'a rappelé récemment Patricia CASTELBON-FABRE, présidente varoise du MEI (Var-Matin du 3 juin 2021).

Rien de bien surprenant pour tous ceux qui s'interessent au parcours de Franck CHAUVET, véritable coucou de la vie politique hyéroise, qui était sur la liste de Francis ROUX aux élections municipales de 2014, avant de se présenter aux élections cantonales de 2015 sous l’étiquette « Nous Citoyens » de Jean-Marie CAVADA (il a obtenu 3,67 % des voix au 1er tour NDLR) pour enfin se lancer dans l’aventure « écologique » aux dernières élections municipales sur la liste « Hyères en transition » avec le succès qu’on lui connaît.

Probablement échaudé par toutes ses mésaventures, il a fait cette fois-ci le choix de la prudence en sollicitant l’investiture du parti animaliste qui ne devrait logiquement pas lui faire de coups de vache, ni lui chercher de poux dans la tête...

Toutefois, les soucis d'investiture ne sont pas les seules similitudes par rapport à 2020, loin s’en faut.
En 23ème position sur la même liste que Franck CHAUVET aux prochaines élections régionales, on retrouve en effet comme colistière son épouse à la ville.

Scénario quasiment identique à celui des dernières élections municipales où pas moins de 5 membres de sa famille figuraient déjà sur sa liste : sa femme, sa belle-mère, son beau-fils, la femme de son beau-fils et sa belle fille.

Troublant, tout de même, de la part d’une personne qui se présentait en 2015 comme le chantre de la citoyenneté, de placer ensuite 5 membres de sa famille sur sa propre liste ?!?

S’il avait été élu, nous lui aurions évidemment réservé une place de choix dans notre jeu des 7 familles de la Métropole...

En tout cas, sur un navire en perdition tout comme en politique, il faut toujours CHAUVET les femmes et les enfants d’abord.



Posts les plus consultés de ce blog

Massacre à la tronçonneuse sur la Presqu'île de Giens

8 à 0

Vente du Guillaume Tell et de la Coupole